Menu

Depuis 2002, La Chaîne de l’Espoir Belgique se mobilise pour permettre la tenue de missions médico-chirurgicales internationales annuelles (cardiaques et urologiques) au sein de la Clinique Ngaliema et de l’Hôpital Universitaire UNIKIN à Kinshasa. Outre le soin apporté  aux enfants souffrant de cardiopathies congénitales ou de certaines malformations urologiques, ces missions ont pour vocation la formation d’une équipe pluridisciplinaire congolaise à travers un transfert de technologies Nord-Sud, et ont permis d’opérer 126 enfants.

Dès 2005, l’ONG mène avec ses partenaires locaux une réflexion sur l’opportunité et la possibilité de développer à Kinshasa un centre de compétences en matière de chirurgie et réanimation pédiatriques. Cela permettrait aux équipes médicales du pays d’à nouveau y pratiquer certaines chirurgies pédiatriques spécialisées exigeantes dans les phases pré-, per- et post-opératoires.

Dans cette logique, le partenaire  médical local de la Chaîne de l’Espoir Belgique, la Chaîne de l’Espoir R.D.Congo, introduit en septembre 2006 une demande de financement auprès du gouvernement congolais pour la construction d’un nouveau pavillon de chirurgie et soins intensifs pédiatriques sur le site de la Clinique Ngaliema.

En 2010, le gouvernement congolais débloque des financements pour la construction et l’équipement du pavillon : l’inauguration du chantier est présidée par la Première Dame le 30 septembre 2011, qui procède à la « pose de la première pierre ».

Dans la foulée de ces événements, la Chaîne de l’Espoir Belgique prend alors deux décisions : 1. elle suspend temporairement ses missions chirurgicales à la Clinique Ngaliema en raison de la dégradation  trop importante de l’environnement sanitaire, en informant ses partenaires qu’elle les reprendrait au sein de la nouvelle unité et, 2. à la demande de ses partenaires locaux, elle mobilise des ressources pour accompagner cette réalisation du gouvernement congolais en programmant une série d’activités « annexes ».

Nos projets_RDC

Les objectifs et actions de l’ONG de 2011 à 2017

2.1.          En termes d’infrastructures

En marge des travaux du pavillon de chirurgie et de réanimation pédiatrique mené par l’entreprise en charge de l’exécution du chantier financé par le gouvernement congolais, la Chaîne de l’Espoir Belgique a appuyé la Clinique Ngaliema pour obtenir des fonds permettant de sécuriser l’environnement technique et sanitaire de l’infrastructure dans son ensemble (eau, O2, électricité) et a mis à sa disposition un ingénieur-technicien pour le suivi de ces chantiers et le renforcement des capacités de l’équipe technique de la clinique Ngaliema.

Les fonds proviennent de l’Agence française de Développement (AFD) et de la Direction générale Coopération au développement et Aide humanitaire (DGD) (pour le mandat de formation de l’ingénieur-technicien).

2.2.          En termes d’équipement

La Chaîne de l’Espoir Belgique a également fourni des financements et/ou appuyé la Clinique dans l’obtention de fonds permettant de renforcer le plateau technique de plusieurs services annexes au pavillon qui seront exploités dans les phases pré, per et post opératoires des chirurgies qui y seront pratiquées : ceci aussi bien sur le site de la clinique Ngaliema que dans certaines formations sanitaires qui référenceront les enfants vers la Clinique Ngaliema, notamment l’Hôpital Pédiatrique de Kalembelembe.

Les financements proviennent de la coopération régionale belge (WBI – kits permettant l’amélioration du diagnostic précoce des cardiopathies distribué dans plusieurs formations sanitaires), de l’AFD (complément d’équipement pour la buanderie, la néonatologie, une salle d’opération, la réanimation, la banque de sang, le laboratoire) et de fonds propres de la CDEB (machine d’échographie, lits pour l’hospitalisation pédiatrique, incinérateur principal de la clinique).

2.3.          En termes de formations

La Chaîne de l’Espoir Belgique poursuit sa politique de renforcement des compétences entamée en 2007 (appui pour des bourses à deux cardiologues pédiatres) du personnel technique, médical et para  médical congolais impliqué dans le projet du pavillon de chirurgie et de réanimation pédiatrique : ceci du stade du référencement de l’enfant jusqu’à son intervention chirurgicale.

Les financements proviennent de la coopération fédérale belge (DGD : formations à court et long terme à destination de 12 médecins et infirmiers en Belgique et en Afrique du Sud), WBI (formations de 8 personnes en Afrique du Sud), de l’AFD (formation en hygiène sur le site de la Clinique), et de fonds propres de la CDEB (compléments pour les formations longues).

2.4.          En termes d’accessibilité des soins

La Chaîne de l’Espoir Belgique met en place une stratégie permettant de faciliter l’accès géographique, médical et financier de soins spécialisés aux patients, particulièrement les plus démunis : via principalement l’organisation d’un système de référencement performant sur tout le territoire de la R.D.Congo et la mise en place d’un Fonds de Solidarité (prise en charge partielle ou totale des factures pour les patients les plus démunis) ;

Les financements proviennent de WBI (formations à destination des staffs pédiatriques de plusieurs formations sanitaires sur le territoire de la R.D.Congo pour les cardiopathies infantiles) et de fonds propres (mobilisation notamment du mécénat d’entreprise pour le Fonds de Solidarité, en complément des systèmes existants en RDC).

2.5.          En termes d’appui à la gestion

La CDEB et ses partenaires partagent l’idée que la pérennité de la qualité des soins nécessite une gestion professionnelle et rigoureuse des ressources en place. Il est par conséquent nécessaire d’améliorer les compétences et les pratiques de gestion des ressources humaines  (RH), administratives et financières au sein de la clinique, au moyen d’une série d’activités visant à appuyer les services ad-hoc, notamment pour assurer une tarification équitable respectant les équilibres financiers de la clinique.

Les financements proviennent de la DGD  (appui à une plateforme hospitalière de gestion, au sein de laquelle sont échangés bonnes pratiques, outils, expériences), de l’AFD (appui externe d’un bureau d’étude spécialisé dans la gestion hospitalière),  et de fonds propres de l’ONG (mise à disposition du personnel de la représentation locale pour appuyer pratiquement la direction de la Clinique).

2.6.          En termes de missions

La CDEB poursuit son mandat « historique » en organisant des missions médicales (consultations) et chirurgicales (opérations – en suspens depuis 2012) à l’UNIKIN et à Ngaliema afin de prodiguer des soins aux enfants et procéder à un transfert de technologies auprès du personnel congolais.

Les missions sont financées sur fonds propres de l’ONG.

La Chaîne de l’Espoir Belgique organise des missions de chirurgie orthopédique au centre Wote Pamoja à Lubumbashi ainsi qu’au Centre des Handicapés Uluse à Kilwa, à 350 km au nord de Lubumbashi.

Ses équipes y soignent des enfants atteints de graves malformations des membres inférieurs. Si ces malformations ne sont pas prises en charge, elles peuvent entraver durablement la mobilité des enfants. Ne pouvant pas marcher, ils ne  peuvent être scolarisés et sont complètement isolés des autres enfants.

RDCmission ortho mai 2017 (21) P1130067

Lors de chaque mission, les spécialistes de la Chaîne de l’Espoir Belgique voient une centaine d’enfants lors de consultations spécialisées. Ces enfants viennent parfois de très loin avec leur famille, afin de bénéficier de soins adéquats.

Les interventions (une trentaine en moyenne lors de chaque mission) ont pour objet de leur rendre la mobilité, soit par le biais d’une chirurgie, soit par la technique de « Ponseti » (pose de plâtres successifs avant maintien de la correction dans une attelle) qui a l’avantage d’être moins coûteuse.

P1120787   P1120767

L’apport de matériel (plâtre, broches, sets de chirurgie, …) est également un aspect important de l’aide apportée par la Chaîne de l’Espoir Belgique sur place.

Le volet formation se fait lors des interventions, les équipes travaillant en binômes afin de permettre aux équipes locales de devenir plus autonomes dans la prise en charge de ce type de pathologie.

Enfin, lors de chaque mission, les spécialistes de la Chaîne de l’Espoir Belgique sensibilisent les autorités sanitaires locales à l’importance de la médecine et de la chirurgie pédiatrique et de la formation des équipes locales.

Guérir un enfant, c’est lui offrir un avenir !

  TOP