Menu

Nicaragua, Managua, Hôpital “La Mascota”

La Chaîne de l’Espoir Belgique est active depuis 2001 au Nicaragua. Elle y réalise des missions de chirurgie et cathétérisme cardiaques, de chirurgie urologique et de chirurgie orthopédique au sein de l’Hospital Infantil Manuel de Jesus Rivera « La Mascota » à Managua, hôpital public pédiatrique sous tutelle du Ministère de la Santé (Minsa). Le bilan chiffré du nombre d’enfants pris en charge lors des missions de la Chaîne de l’Espoir Belgique depuis 2001 est de 155 enfants cardiaques (115 chirurgies et 40 cathétérismes cardiaques), 24 enfants avec une malformation orthopédique et 80 enfants avec une malformation urologique.

Plusieurs spécialistes nicaraguayens ont en outre bénéficié de bourses universitaires pour se spécialiser dans le cadre d’une année académique aux Cliniques universitaires Saint-Luc grâce à l’appui de la Chaîne de l’Espoir Belgique: un chirurgien cardiaque (2003-2007), un cardiologue (2003) et un chirurgien orthopédique (2013-2014).

Pour le volet cardiologie et chirurgie cardiaque du projet, la Chaîne de l’Espoir Belgique s’associe pour l’organisation des missions avec l’ONG américaine « Surgeons of Hope », qui coordonne les équipes internationales de chirurgie cardiaque présentes et actives dans le même projet. L’appui à l’hôpital au niveau de la chirurgie urologique et de l’orthopédie pédiatrique lors des missions se fait en collaboration directe avec les partenaires.

Objectifs du projet à long terme

Les trois disciplines pédiatriques (cardiaque – urologique – orthopédique) ciblées par le projet de la Chaîne de l’Espoir Belgique au Nicaragua nécessitent chacune un appui variable (au niveau des compétences techniques de l’équipe locale, de l’équipement,…).

Pour le volet cardiaque, la référente locale spécialisée en cardiologie pédiatrique a de bonnes compétences, mais au vu de la charge de travail et afin d’assurer la permanence et les gardes, l’équipe de cardiologie pédiatrique pourrait être constituée de 2 à 3 personnes. Au niveau chirurgical, en raison d’un changement d’équipe récent (2014), les compétences des chirurgiens actuels ne sont pas suffisantes pour mener les interventions complexes au premier rang. Une faiblesse demeure également au niveau de l’anesthésie : lors des missions, peu ou pas d’anesthésistes sont présents. En réanimation, de nets progrès ont été constatés : les réanimateurs pédiatres et les infirmier(e)s manquent toutefois de pratique car il y a peu d’interventions cardiaques en dehors des missions internationales. Chaque année lors des missions, des formations théoriques, sur base de syllabus rédigés par l’équipe belge et traduits en espagnol, sont données aux spécialistes nicaraguayens en complément de la pratique journalière.

Pour le volet urologique, certains gestes techniques chirurgicaux et endoscopiques sont à présent réalisés en totale autonomie depuis le début de l’intervention de la Chaîne de l’Espoir Belgique. Actuellement, l’appui au chirurgien urologique référent se situe principalement au niveau de l’acquisition de techniques très pointues.

Pour le volet orthopédique, l’équipe locale. La dernière mission en  est autonome a acquis les compétences nécessaires pour l’utilisation des fixateurs  a permis de leur apprendre l’utilisation des fixateurs externes tridimensionnels. Les prochaines missions seront envisagées en fonction des demandes et besoins de l’hôpital pédiatrique.

Guérir un enfant, c’est lui offrir un avenir !

  TOP